Association Sportive Giennoise : site officiel du club de foot de Gien - footeo

L'effet bénéfique de l'arrivée de Peguy Luyindula comme président de l'AS Gien. (Article La Rep. 09/11/2017)

20 novembre 2017 - 16:50

Football L'effet bénéfique de l'arrivée de Peguy Luyindula comme président de l'AS Gien

Publié le 09/11/2017

L'effet bénéfique de l'arrivée de Peguy Luyindula comme président de l'AS Gien Jour d’entraînement, hier, au stade Louis-Boyer de Gien. Les jeunes de l’AS Gien Football connaissent tous le nouveau président, Peguy Luyindula, un enfant de Gien, comme eux.   L’arrivée à la présidence de l’AS Gien football de l’ancien international a créé une réelle dynamique et un bel enthousiasme chez les plus jeunes.

Si on demande aux jeunes pousses de l'AS Gien football si elles connaissent Peguy Luyindula, la réponse des enfants ne se fait pas attendre : « Peguy ? Oui, on le connaît. C'est notre copain ! »

Depuis un peu plus de trois mois maintenant, Peguy Luyindula, ancien international qui a joué au Paris-Saint-Germain, à l'Olympique de Marseille et à l'Olympique lyonnais, est président de l'AS Gien football, le club où il a chaussé ses premiers crampons et vu son père, Maki, évoluer.

 « Beaucoup

vont revenir,
grâce à Peguy »

Et quelques semaines plus tard, dans les rangs du club, le moral est au beau fixe.

Il faut dire que l'AS Gien football a connu des années sombres, voyant le nombre de ses adhérents baisser chaque année et plongeant toujours plus bas dans les classements. L'équipe 1 évolue actuellement en troisième division départementale, alors qu'elle a connu la troisième division nationale par le passé, jouant contre les réserves professionnelles de Saint-Étienne, Marseille ou Lyon.

Une déchéance qui a poussé l'ancien joueur professionnel et ses copains d'enfance à s'impliquer pour sauver le club, qui aurait pu mettre la clé sous la porte.

 

« L'arrivée de Peguy Luyindula a boosté les effectifs : il y a beaucoup de nouveaux licenciés et ce n'est pas fini », constate avec bonheur Delfine Barbosa, secrétaire du club et responsable des féminines.

Les seniors, qui n'étaient qu'une quinzaine la saison dernière, sont en effet désormais une quarantaine. En tout, actuellement, l'AS Gien football compte plus de 240 licenciés contre seulement 200 en 2016-2017.

Pour Delfine Barbosa, Peguy Luyindula est aussi et d'abord un formidable exemple pour les plus jeunes footballeurs et notamment ceux qui sont arrivés récemment en France, avec toutes les difficultés que cela implique : « On a des gamins qui sont logés au centre d'accueil des demandeurs d'asile de Gien. Ils sont dans la même situation que Peguy lorsqu'il est arrivé à Gien, tout petit. Son parcours est un beau modèle pour beaucoup. »

 

« C'est vraiment beau, ce qu'il fait. Quel joueur de son niveau viendrait s'embêter avec un petit club comme Gien ? Des gars comme ça, on ne les compte même pas sur les doigts d'une main », salue Philippe, un membre de l'AS Gien, qui ne cache pas son admiration. « Beaucoup de gens avaient quitté le club, dont moi. Je suis revenu et beaucoup vont faire pareil, grâce à Peguy, Anas Amalal, le coach de l'équipe première, François Fontaine, qui s'occupe des U17 et tous ceux qui bossent aujourd'hui pour le club. Le projet, il est bien, et Peguy Luyindula, c'est un gars d'une gentillesse extraordinaire, d'une grande humanité. Un samedi, il est venu passer la journée sur le stade, avec les gamins. Un autre truc remarquable : il est venu s'entraîner avec les seniors, comme ça, tout simplement. »

« Lorsqu'il vient, ça attire du monde. Ça faisait longtemps qu'on ne voyait plus autant de spectateurs », remarque le papa d'un jeune joueur.

De l'avis général, en trois mois à peine, Peguy Luyindula a fait « un gros travail », dont on verra réellement les fruits la saison prochaine.

« Une spirale
très positive »

« Peguy a créé un engouement autour de l'AS Gien football : on a une hausse du nombre de licenciés, des jeunes qui se comportent bien. C'est vraiment une spirale très positive, constate Francis Cammal, premier adjoint chargé des sports. Le club se restructure, des partenaires viennent, ce qui n'était pas arrivé depuis des années. Je suis aujourd'hui un adjoint heureux : l'arrivée de Peguy est pour moi une délivrance ».

Peguy Luyindula est arrivé à Gien, en 1981, avec sa famille, originaire de la République démocratique du Congo où il était né, deux ans plus tôt. « Peguy habitait à quelques centaines de mètres du stade de foot, dans le quartier des Montoires », se souvient un membre du club. « Il était tout petit quand il venait me voir jouer », relate le père de Peguy, Maki, qui a porté les couleurs de Gien. Le jeune homme les portera, comme son père, puis partira pour Niort, dans les Deux-Sèvres, club de deuxième division. Son talent attire l'attention du RC Strasbourg, qui évolue en première division. En 2001, direction Lyon, où il devient un joueur majeur de l'équipe. Il est également sélectionné en équipe de France. En 2004, il rejoint l'Olympique de Marseille. Quatre ans plus tard, on retrouve Peguy Luyindula au Paris-Saint-Germain où il restera jusqu'en 2012. L'année suivante, Peguy Luyindula traverse l'Atlantique pour commencer à jouer avec le club des New York Red Bulls. Aujourd'hui, il gère avec un ami des complexes de Five (football à cinq en salle) aux États-Unis. Au printemps dernier, il apprend la situation dans laquelle se trouve son club de cœur et décide de l'aider, avec ses copains d'enfance, à sortir la tête de l'eau.

Pascale Auditeau, la République du Centre, Publié le 09/11/2017

Commentaires